NYNIOS NYNIOS
Nynios
© Nynios 2017
Nynios Accueil Nos chansons Le groupe Contact Bienvenue
Lundi 1er mai 2017
Dire d’un musicien qu’il est fauché tient quasiment toujours du pléonasme. Depuis la nuit des temps, la vie d’artiste est en effet  synonyme de vache maigre, d’amour, d’eau fraîche et d’interdiction de découvert. On sait ainsi de source sûre qu'un certain  Wolfgang Amadeus jouait de temps à autre la Marche Turque dans le métro pour arrondir les fins de mois, amorçant de la sorte  une grande tradition perpétuée, aujourd’hui encore, par nombre de musiciens virtuoses dans l’underground parisien. De son côté,  Elfira aurait écrit la lutte des classes juste après avoir reçu sa note de gaz, un morceau écrit avec son tout premier instrument, une  vieille Squier trouvée sur un trottoir. Allez Elfi, parles nous un peu plus de lui et de toi. 
Comment as-tu rencontré Nynios ? Dans le métro…. Bah oui, je faisais la manche avec mon instrument…. Ma vieille Squier justement. Il s’est arrêté à côté  de moi. M’a longuement écouté et il m’a proposé de le rejoindre dans son groupe. J’ai écouté ses démos et ça m’a plus.  C’est comme ça que j’ai intégré le groupe. J’ai été le troisième membre.  Qu’es-ce que tu jouais dans ce métro pour qu’il s’arrête comme ça ? Tout ce qu’il y a de mieux dans mon répertoire musical. Metallica, Iron Maiden, Sabatton, Helloween, Korpiklaani.  Comment es-tu tombé la dedans ? Dans quoi ? Le métro ? J’avais envie de promouvoir le Metal face à un public non acquis à la cause. C’est pour ça que  j’ai eu cette idée de jouer dans le métro. Cette fois, c’était pas pour arrondir mes fin de mois (même si ça m’aurait bien  aidée).  D’où viens-tu ? De province. En fait, du sud de la France. Près de Perpignan. Je suis d’origine très modeste. Ma mère était au foyer et mon père ouvrier. Nous n’avions que très  peu d’argent à la maison. J’ai toujours aimé la musique et le rock metal surtout ! Pour ce qui est de ma première guitare, je l’ai trouvée dans la rue. C’était  comme un signe du destin. Je l’ai prise, c’était la Squier dont je t’ai déjà parlé. Elle est restée très longtemps mon seul instrument. Jusqu’à ce que j’ai enfin eu  les moyens de m’offrir une autre guitare plus adaptée à mon style de jeu.  Comment as-tu appris la musique ? Toute seule. Je suis une pure autodidacte, j’ai commencé vers l’âge de 12 ans. En écoutant ma musique, j’avais envie de reproduire les morceaux que j’aimais, pas facile mais au final, ça l’a fait. C’est comme ça que j’ai commencé.
Accueil